© Marine LAUBRIAT OTBBB

Les Glorieuses de Bresse

concours et marchés aux volailles fines de Bresse

Après une vie de luxe, nos poulardes et chapons finissent forcément sous les feux de la rampe. Chaque mois de décembre, depuis la fin du XIXème siècle, la Bresse tient la vedette lors des concours de volailles dits « Glorieuses de Bresse ». Quatre communes accueillent ces rendez-vous prestigieux : Bourg-en-Bresse, Montrevel-en-Bresse, Pont-de-Vaux et Louhans en Bresse Bourguignonne.

Concours de beauté

Ces concours de volailles fines prêtent à trôner dans nos assiettes festives déplacent médias régionaux, nationaux, voir internationaux et surtout tout le gratin de l’excellence gastronomique comme l’iconique Georges Blanc dont nous vous proposons un petit portrait chinois ici.

Dans les cuisines de l’Elysée

Un jury d’experts délivre son verdict. Les volailles, qui ont posé leurs corsets au petit matin, révèlent au grand jour leurs formes, leur couleur et leur grain parfait. Un petit défaut et c’est la dégringolade dans le classement. Les éleveurs qui sont en haut de l’affiche sont de véritables vedettes en Bresse. A Bourg-en-Bresse par exemple, le Grand Prix d’Honneur reçoit symboliquement le vase bleu de Sèvres de la part du Président de la République, ce depuis Napoléon III. En échange, un de ses chapons est cuisiné à l’Elysée pour la table du réveillon.

Le goût des bonnes choses

Mais ne vous y trompez pas, les Glorieuses ne sont pas paillettes pour autant. Nous sommes en Bresse où bon sens et attache aux choses simples priment. Les Glorieuses sont avant tout de grands marchés d’exception. Car oui, tout le monde peut se balader dans les allées et admirer les belles pièces de volailles, échanger avec les éleveurs bien identifiés avec leurs survestes rouges ou noires. Tout le monde peut acheter bien-sûr, discuter, tendre l’oreille pour capter çà et là les préoccupations ou les satisfactions de ce petit monde des éleveurs.

Pour les curieux, nous proposons des visites commentées sur les concours de Bourg-en-Bresse et de Montrevel-en-Bresse. Un temps pour s’immiscer dans un monde si particulier.

C.I.V.B, quatre lettres pour une profession

En Bresse, le monde des éleveurs de volailles a très vite compris qu’il avait tout intérêt à s’organiser comme une véritable filière professionnelle. Ce fut chose faite dès 1953, quelques années avant l’obtention de l’AOC. Quatre lettres comme un Sésame pour défendre et promouvoir l’excellence de la volaille de Bresse mais aussi conseiller et former les éleveurs.  Le Comité Interprofessionnel de la Volailles de Bresse est présidé par Georges Blanc, le célèbre restaurateur de Vonnas, trois étoiles au Michelin.

Le C.I.V.B. vous dit tout sur son site internet :  www.pouletdebresse.com.

Eveillez vos papilles