© MORGANE MONNERET

Le vignoble du Revermont

Le pays des Cavets

Le Revermont

Un pays de petite montagne qui marque la transition entre les Montagnes du Jura et la plaine de la Bresse. Mais le « revers du mont » serait propre à nous mettre la tête à l’envers ! Eh oui ! Depuis l’époque romaine, la vigne a pris ses quartiers sur ses côteaux, de manière si importante, qu’on a même surnommé ses habitants « les Cavets ».

Des habitats dédiés à la viticulture

Terre de vignes

Le vignoble revermontois a imprégné durablement la région. Flânez dans les villages comme Treffort et Journans et découvrez un habitat entièrement dédié à cette activité. Les maisons sont en pierre et disposent d’une cave sous l’habitation. Un escalier extérieur permet d’accéder à une pièce, autrefois unique, qui servait à la fois de chambre et de cuisine. Un second bâtiment est souvent accolé : grange ou étable surmontée de son fenil. Viticulture et élevage étaient souvent associés.

 

Je découvre Treffort

Je visite Journans

Une activité de premier plan

Ce sont les suzerains de la région, les ducs de Savoie, qui au XVe siècle ont favorisé l’essor de ce vignoble, en interdisant l’entrée des vins de Mâcon à Bourg-en-Bresse et ses environs.

Confiants dans ce quasi monopole, les Cavets ont davantage privilégié la quantité à la qualité. Ils produisaient alors un vin de faible degré, issu notamment du « gueuche », le cépage emblématique du Revermont. Certaines productions étaient toutefois renommées,
comme les vins blancs de Roissiat.

Fatal XIXe siècle

L’arrivée des vins du Midi, grâce au train, a amorcé le déclin de l’activité. Le vin local ne correspondait plus au goût de la clientèle. Puis le phylloxéra (pucerons ravageurs de vignes), survenu dès 1876, la Grande Guerre et l’exode rural ont donné le coup de grâce à cette culture. Les Cavets sont ruinés et les grandes propriétés sont démembrées. On se tourne alors vers la production laitière. Le Comté a aujourd’hui la part belle dans le Revermont.

Une poignée d’irréductibles

Une fois les crises passées, quelques viticulteurs ne se laissent pas abattre et replantent. Aujourd’hui, les vins produits à Ceyzériat, Journans, Gravelles, Saint-Martin-du-Mont, Val-Revermont, Courmangoux, Bohas-Meyriat-Rignat, Druillat et Grand-Corent sont vendus sous l’A.O.C Vin du Bugey ou IGP coteaux de l’Ain – Revermont et ont très bonne réputation.

Pour plonger au cœur de ce terroir d’exception et apprécier l’histoire de cette formidable épopée, toujours d’actualité : rendez-vous au musée du Revermont à Cuisiat pour la découverte de l’exposition « vignes et Cavets » ou mieux encore, chez un vigneron. L’occasion d’une rencontre et… d’une dégustation !

Vous aimerez aussi...