© MORGANE MONNERET

Journans

Ça coule de source

Ce village est forcément un coup de cœur pour les amateurs de nature, de bien-vivre, de calme mais aussi pour les poètes. Si c’est votre cas, foncez…

Tout petit et si joli

A seulement 10km de Bourg-en-Bresse, le village de Journans est blotti entre eau, bois et vignobles. Un environnement qui raconte toute son histoire.

L’architecture de pierre a vaillamment traversé les époques, donnant encore à voir aujourd’hui les traces de l’habitat vigneron avec le dessin tout en courbure des caves et l’accès par escalier.

Parcourez tranquillement les deux rues parallèles du village et prenez le temps de dénicher ces clins d’œil au passé.

Entre vignes et bois

Ici, on est loin d’un village-musée.

Les maisons sont bien vivantes. Là de magnifiques fleurs, ici une table de jardin et des gens qui semblent prendre leur temps. Quel privilège !

Aujourd’hui 10 hectares de vigne perpétuent la tradition et donne à Journans un écrin particulier entre arpents de vignes et bois.

Village bucolique

Une rue monte à l’église reconstruite fin XVIIIe siècle dans la pierre locale.
A deux pas de la forêt, elle continue à parler des vignerons au travers de son vocable historique « Saint-Vincent, leur patron ».
A proximité, un arbre de Sully, âgé de 400 ans avec un énorme tronc malmené par la foudre, éveille forcément l’empathie.
Montez jusqu’à la primitive église, aujourd’hui chapelle Saint Valérien.
De là-haut, la vue est belle sur les toits de Journans,
les coteaux alentours et la plaine de Bresse.

Dingue d’art

Ce n’est pas tout. Journans, village bucolique s’il en est, compose un écrin inspirant pour les artistes, sculpteurs et autres. Mais à Journans, pas d’ostentation. Les artistes sont d’ici, ils habitent leur maison et travaillent tranquillement en atelier. Une boutique « Dingue d’art » est quant à elle bien visible en bas du village.

Je vais à la boutique

Une histoire d’eau et de vin

L’histoire de Journans vient du vin mais aussi de l’eau ! Avant de suivre les rues du village, empruntez le petit chemin qui conduit à la source de la Reyssouze. Cette rivière qui serpente dans le bocage bressan est la plus longue du département. Elle prend ici sa source pour se jeter 75 km plus loin dans la Saône.

A l’image du village, le site est enchanteur. L’eau claire affleure dans un bassin circulaire. Elle arrive ici après un voyage mystérieux dans les profondeurs calcaires, source karstique typique de la région. Puis, elle s’écoule dans un second bassin rectangulaire avant de rejoindre le lavoir du XIXe doté d’une double charpente.

On peut faire le tour de la source, se poser tranquillement près du lavoir, respirer, écouter le chant de l’eau, bouquiner à souhait.

Ne jamais vendre son âme au diable

A Journans, la légende locale prend le nom de Reyssouze. Ainsi se nommait une femme acariâtre, un jour visitée par le diable.

Celui-ci lui propose un marché en échange de son âme : ce qu’elle fera à minuit, elle aura le loisir de s’y adonner toute sa vie durant.

Cupide, la femme accepte et prend près d’elle quelques pièces d’or avec l’idée de les amasser et les compter indéfiniment. Par crainte de manquer cette aubaine, elle commence bien à l’avance. Mais à l’approche des douze coups, prise d’une envie irrépressible, elle a beau se tortiller dans tous les sens, à l’heure fatidique, ce n’est pas de l’or qui coule sans fin mais la rivière qui portera son nom.

Vous aimerez aussi