© Instagram #bourgenbresse

Insolites de chez nous

Le monastère royal de Brou, la volaille de Bresse, les fermes bressanes. A présent vous connaissez notre destination. Mais êtes-vous certain d’avoir tout vu ? Notre destination recèle quelques curiosités. Un voyage dans le temps et l’imaginaire pour apporter un côté insolite à vos balades. Suivez-nous…

JURASSIC PARK IN REVERMONT

Inutile de faire appel à Steven Spielberg. Venez dans l’Ain, baladez-vous dans le Revermont et vous serez au contact des dinosaures et… sans danger !

Sur la commune d’Hautecourt-Romanèche, des dizaines d’empreintes de dinosaures ont été découvertes en 2003. Datées de 150 millions d’années, elles correspondent au déplacement de sauropodes (des diplodocus ou des brontosaures), c’est-à-dire de grands herbivores d’une « petite » vingtaine de tonnes. C’est ce poids conséquent qui a laissé des marques profondes dans la boue, nous permettant de les voir aujourd’hui, malgré le temps et l’érosion.

En savoir +

ENCORE UN COUP D’OBELIX ?

Tel le Petit Poucet, nos ancêtres ont semé des « cailloux », dont certains se retrouvent encore dans notre paysage. Rendez-vous à Simandre-sur-Suran, où se dresse toujours fièrement un menhir depuis environ… 6000 ans ! Si la comparaison avec les alignements de Carnac est un peu prétentieuse, ce mégalithe n’était certainement pas tout seul à l’origine. En revanche, il est aujourd’hui l’unique menhir encore visible dans le département de l’Ain.

Il a aussi et surtout engendré un certain nombre de légendes et de croyances, comme de favoriser la fécondité lorsqu’on se frotte à lui. On vous laisse essayer ?

Voir le menhir

LES « SEINS » DE BRESSE

Connaissez-vous les « poypes » ?

Voici un terme très local qui désigne pourtant une chose assez commune dans notre vieille France. Revenons au Haut Moyen Age…

C’est une époque où la défense du territoire est cruciale et où le système féodal se met en place. Le seigneur, soucieux de préserver ses terres, dote ses fiefs de petits tertres de terre, surmontés d’une tour de garde. En usage dans tout le Moyen Age, ces prémices des châteaux forts sont alors appelés mottes castrales. Ici, on les rapproche du bas-latin « puppia » signifiant « renflement, éminence, mamelle ». Voici donc les « seins » de Bresse, essentiels dans la surveillance de notre région de plaine et encore parfois décelables dans notre paysage contemporain. Souvent confondues avec des tumuli celtes, associées à bon nombre de légendes, les poypes s’accordent toujours une part de mystère.

A voir : la Poype des Fées à Buellas (reconstitution), deux poypes à Saint-Sulpice et une à Saint-Trivier de Courtes.

De découverte en découverte

Vous aimerez aussi